Mipes Ile-de-France

  Ma mipes en quelques mots
.

Mieux accueillir les personnes sans domicile fixe

11/03/2011

Mieux accueillir les personnes sans domicile fixe

La situation des SDF en souffrant de pathologies psychiatriques1 a conduit l’UNAFAM à proposer une action de sensibilisation pour les maraudeurs et accueillants de ces personnes.

L’UNAFAM2, en partenariat avec l’association française de psychiatrie (AFP), la FNARS, le SMES3 de Sainte-Anne et le CHR de Rouen, vient de réaliser un documentaire DVD de 30 mn. Ce dernier est constitué de paroles de psychiatres de terrain, de recommandations ainsi que de paroles d’ « usagers ».

Retenu parmi les projets sélectionnés dans le cadre de l’année européenne 2010 de lutte contre la pauvreté et l’exclusion sociale, cet outil pédagogique est accompagné d’un diaporama conçu par l’UNAFAM qui aborde la question des SDF souffrant des troubles psychiques à travers des témoignages de leur famille.

L’information contenue dans le documentaire DVD se résume en plusieurs points :
- l’importance de la situation des SDF qui souffrent de pathologies psychiatriques ; de quelles pathologies parle-t-on ?
- Les ruptures qu’elles engendrent (avec soi-même, la famille, la société). Comment les expliquer et mieux les comprendre ?
- La violence à la rue (mieux comprendre les violences entre personnes) mais aussi la violence créée par le « non soin ».
- L’importance du maintien du lien avec la personne souffrante ; l’éthique maraude en termes de "bienveillance et de respect" ;
- Le dépassement de la souffrance des maraudeurs qui accompagnent au quotidien ces personnes.
- L’accompagnement aux soins : revisiter les services de « droits communs » et aussi la question de l’après-soin.
- L’après-soin pose donc la question du logement « accompagné », de l’existant et de ce qu’il faut inventer, proposer aux autorités.

Durant l’année 2011, une action d’information/formation autour de ce documentaire sera organisée dans chaque région auprès des maraudeurs, qu’ils soient professionnels ou bénévoles.

L’UNAFAM préconise que ces actions se fassent à deux voix : celle du professionnel des soins (psychiatre, cadre de santé, etc.) et d’un représentant de la famille de la personne souffrant de pathologies psychiatriques.

Vous pouvez retrouver http://www.unafam.org/.

1. Entre 30 et 40% des personnes « à la rue ».
2. Union nationale des amis et familles de malades psychiques
3. Service d’appui « Santé mentale et exclusion sociale »
.

Partager Envoyer Impression