Mipes Ile-de-France

  Ma mipes en quelques mots
.

Les comportements à risque des jeunes

08/06/2009

Les comportements à risque des jeunes

Martine Deprez

Exposés Généraux - Mme Isabelle Grémy (médecin à l’ORS) et Mme Choquet (chercheuse à l’Inserm).

Les comportements à risque (tentatives de suicide et accidents) caractérisent les jeunes franciliens âgés de 10 à 24 ans. Ce sont les deux causes de mortalité les plus importantes dans cette classe d’âge. Certaines zones urbaines franciliennes conjuguent une importante proportion de jeunes avec un chômage élevé, un manque d’offre de soins (et surtout de soins bucaux-dentaires), un taux d’obésité ou de surpoids important qui touchent les jeunes les plus défavorisés.

Pour sa part, l’Inserm a réalisé plusieurs études en population scolarisée (14-15 ans). Elles donnent des résultats sur les troubles de conduite alimentaire, les conduites à risque, les comportements scolaires, les conduites violentes… Ceci permet de constater que la consommation de tabac et de cannabis (occasionnelle ou régulière) augmente ainsi que celle de sédatif, mais reste moins importante chez les jeunes franciliens que dans le reste des territoires. Par contre, les tendances suicidaires y sont plus élevées et les passages à l’acte ne cessent d’augmenter.

Source : Rencontre « Les jeunes et la santé » organisée par la Mipes le 4 avril 2003.

Documents et ouvrages annexes à consulter sur le même sujet :

- Jeunes en Ile-de-France : activités physiques, surpoids et conduites à risque – ORS INPES Exploitation régionale du Baromètre Santé 2005 - Mars 2007

- La Professeure Marie Rose Moro, pédopsychiatre, a mis en place un dispositif de soins psychologique à destination des enfants migrants, à l’hôpital d’Avicenne et depuis peu à celui de Cochin (AP-HP). Cette démarche s’inscrit dans ce que l’on appelle la psychiatrie transculturelle ou ethnopsychiatrie. Ces consultations sont assurées par une équipe de co-thérapeutes composée de médecins psychiatres, psychologues, infirmiers, travailleurs sociaux, etc. avec la présence d’un traducteur dans la langue maternelle des parents chaque fois que nécessaire.

Voir le site : AIEP (Association internationale d’Ethnopsychanalyse)

- Mme Marie-Rose Moro :« Aimer ses enfants ici et ailleurs, histoires transculturelles ». Ed. Odile Jacob, 2007, 262 p.

Partager Envoyer Impression