Mipes Ile-de-France

  Ma mipes en quelques mots
.

Recueil Statistiques

Recueil de données 2008

Allocataires et minima sociaux


Les allocataires à bas revenus au 31 décembre 2008 avec le seuil actualisé à 903 € (60% de la médiane)
ParisHauts-de-SeineSeine-Saint-DenisVal-de-MarnePetite couronneSeine-et-MarneYvelinesEssonneVal-d'OiseGrande couronneÎle-de-France
 
Nombre d'allocataires à bas revenus123 241 63 827122 55166 988253 366 47 76642 16745 23254 846190 011 566 618
 
dont (en %)
Hommes isolés32,8 26,722,725,824,5 18,924,421,518,920,7 25,0
Femmes isolées24,2 18,813,716,015,6 14,816,114,013,414,5 17,1
Hommes isolés avec enfant(s)0,8 1,21,11,41,2 1,51,31,41,31,41,2
Femmes isolées avec enfant(s) 17,9 24,125,025,224,8 30,625,728,726,627,924,4
Couples sans enfants7,3 6,46,55,56,2 5,36,15,25,95,6 6,2
Couples avec 1 ou 2 enfant(s)11,6 15,719,417,117,9 18,416,918,720,318,716,8
Couples avec 3 enfants ou +5,4 7,111,69,09,8 10,59,510,513,611,2 9,3
 
dont percevant : (en %)
RMI (1)39,1 31,339,037,036,5 30,026,728,129,327,534,1
API (2)3,0 4,15,34,44,7 7,04,35,55,25,3 4,5
AAH (3)8,2 9,26,67,67,5 10,710,49,67,89,18,2
Aucun minimum versé par la CAF49,7 55,449,151,051,2 59,458,656,957,758,153,2
Une aide au logement62,0 63,060,959,961,1 61,060,358,259,259,7 60,8
 
Population (*) des foyers allocataires à bas revenus242 499 144 023323 569162 477630 069 126 401104 193118 884152 659502 1371 374 705
en % de la population estimée en 200611,1 9,421,712,514,6 9,97,59,913,210,0 11,9
dont enfants de moins de 20 ans83 702 58 094146 00570 082274 181 59 26145 86255 07371 975232 171590 054
en % des moins de 20 ans estimés en 200619,5 15,033,420,823,6 16,211,816,521,316,319,5

(1) Revenu Minimum d’Insertion, (2) Allocation de Parent Isolé, (3) Allocation aux Adultes Handicapés
(*) Il s’agit des allocataires à bas revenus augmentés des conjoints, enfants, et autres personnes à charge

Sources : Caisses d’Allocations Familiales d’Île-de-France, Insee Recensement de la population 2006

Télécharger au format csv
Excel : enregistrer puis ouvrir

Impression

Le seuil de bas revenus est fixé à 903€ par mois par unité de consommation pour l’année observée. Environ 566 600 allocataires franciliens sont considérés à bas revenus et la population vivant dans ces foyers atteint 1,375 million de personnes dont 590 100 ont moins de 20 ans.

Du fait des nouvelles modalités d’acquisition des ressources des allocataires mises en œuvre cette année par les Caf (transmission électronique des revenus par la direction générale des impôts), des revenus de foyers allocataires avec des ressources modestes ont été connus avec retard. Ces allocataires ne peuvent pas apparaître parmi les foyers allocataires à bas revenus. De ce fait, aucune comparaison avec les données de l’année précédente ne peut donc être effectuée.

A peine un tiers des foyers allocataires à bas revenus vivent en couple qui, en grande majorité, ont des enfants à charge. Parmi ceux qui ne vivent pas en couple, il y a plus souvent des femmes que des hommes. Celles-ci étant en majorité à la tête d’une famille monoparentale alors que pour les hommes, cette situation est plutôt exceptionnelle.

Un peu plus d’un foyer à bas revenus sur deux ne perçoit aucun minimum social de la Caf. Un tiers perçoit le RMI.

La part de la population francilienne vivant dans un foyer allocataire à bas revenus s’élève à 12%. Les disparités entre départements sont toujours aussi fortes : la proportion varie de 7,5% dans les Yvelines, le département le plus préservé à 21,7% en Seine-Saint-Denis, le plus fragilisé de ce point de vue.

L’âge est un facteur de fragilité économique puisque les enfants de moins de 20 ans sont 20% à vivre dans un foyer allocataire à bas revenus. Il faut noter cependant que la méthodologie employée pour déterminer le montant du Ruc écarte des catégories de personnes dont celles de 65 ans ou plus. Les écarts entre départements suivent les caractéristiques déjà observées. Un tiers des jeunes Sequano-Dionysiens vivent sous le seuil des bas revenus, ce qui montre une situation particulièrement dégradée. Dans le Val-de-Marne et le Val-d’Oise, où les jeunes sont aussi davantage exposés à la pauvreté que la moyenne, ils sont 21% dans cette situation.

Environ six foyers allocataires à bas revenus sur dix sont aidés pour leur logement par une prestation spécifique. La situation est à peu près la même dans tous les départements.