Mipes Ile-de-France

  Ma mipes en quelques mots
.

Recueil Statistiques

Recueil de données 2008

Accès à l’emploi


Le contrat initiative emploi (CIE)- cumul des contrats signés en 2008 (conventions initiales ou renouvellements)
Paris Hauts-de-SeineSeine-Saint-DenisVal-de-MarnePetite couronneSeine-et-MarneYvelinesEssonneVal-d'OiseGrande couronneÎle-de-France
 
Total1 196 6249616872 2724646275417062 3385 806
 
Sexe (en %)
Homme51,7 61,563,062,962,557,563,261,262,961,559,9
Femme48,3 38,537,037,137,542,536,838,837,138,540,1
 
Age (en %)
18-25 ans16,3 21,219,822,120,926,324,420,725,424,221,3
26-49 ans41,1 40,548,645,945,637,341,943,440,440,942,8
50 ans et plus42,6 38,131,532,033,536,433,735,933,934,835,9
 
Chômage (en %)
Chômage de longue durée (> 1 an)51,3 49,242,140,643,644,836,841,240,540,544,0
Chômage de très longue durée (> 2 ans)28,3 22,823,220,222,219,616,119,018,018,021,8
 
Niveau de formation (en %)
Niveau supérieur au bac (I, II et III)20,8 18,113,016,315,412,115,612,89,212,315,3
Niveau bac (IV)23,4 22,617,419,919,616,218,720,019,718,820,0
Niveau CAP BEP (V)10,0 12,213,812,513,018,517,218,116,017,314,1
Inférieur au CAP (V bis et VI)45,7 47,155,851,252,053,248,549,255,151,650,6
 
% de Rmistes14,7 7,47,113,08,91,93,74,42,73,27,8
% de bénéficiaires de l'ASS4,2 3,24,13,33,62,23,53,03,43,13,5

Dans ce tableau, le département correspond à celui de l’employeur et non du salarié bénéficiaire

Source : DARES - Données arrêtées à fin septembre 2009

Télécharger au format csv
Excel : enregistrer puis ouvrir

Impression

Les dispositifs d’accès à l’emploi

L’année 2008 a été marquée par une diminution globale du recours aux mesures d’aides à l’emploi, aussi bien en Ile-de-France (-9%) qu’au niveau national (-13%). En effet, la baisse sensible du chômage observée tout au long de l’année 2007 avait conduit le gouvernement a limité les moyens alloués aux dispositifs d’insertion professionnelle, mais le retournement conjoncturel de l’été 2008 a conduit à une mobilisation accrue des contrats aidés en fin d’année.

Ces mesures peuvent prendre la forme d’un accès à un emploi aidé dans le secteur marchand ou non marchand, d’une formation en alternance, de dispositifs d’accompagnement vers l’emploi destinés aux publics prioritaires, d’aide à la création d’entreprise ou bien d’accompagnement après des restructurations. S’ajoutent également d’autres actions visant à faciliter l’accès ou le retour à l’emploi des chômeurs comme par exemple les stages de formation financés par le Conseil régional ou par l’UNEDIC, organisés par l’AFPA, ou encore diverses prestations proposées par l’ANPE.

Le niveau de mobilisation des dispositifs aidés est étroitement lié à la situation du marché du travail. Ainsi, au premier semestre 2008, la forte diminution de la demande d’emploi s’est accompagnée d’une baisse sensible des moyens alloués aux dispositifs visant à favoriser l’insertion professionnelle des demandeurs d’emploi. En revanche, le retournement conjoncturel observé à partir du mois d’août 2008 s’est traduit par une mobilisation accrue des différentes mesures d’aide à l’emploi, principalement au cours du dernier trimestre.

Le nombre de contrats aidés dans le secteur marchand a enregistré une nette diminution en 2008. Le contrat initiative emploi, a été réservé prioritairement aux catégories de public ayant de très forts risques d’exclusion professionnelle : les seniors avec un faible niveau de formation, les travailleurs handicapés et les habitants des zones urbaines sensibles (ZUS). Le nombre d’entrées dans ce dispositif a baissé de près de 40% par rapport à 2007. Parallèlement, le dispositif de soutien à l’emploi des jeunes en entreprise (SEJE), qui visait à faciliter le recrutement direct de jeunes sans aucune qualification, a été supprimé à la fin de l’année 2007 du fait des nombreux effets d’aubaine qu’il générait. Cette suppression n’a été que très partiellement compensée par la décision d’orienter plus de jeunes vers le contrat initiative emploi (CIE). En revanche, les entrées dans les contrats de formation en alternance (professionnalisation, apprentissage), qui ne s’adressent pas spécifiquement à un public en difficulté, ont progressé (+6,5% en Ile-de-France, contre +1,1% en France métropolitaine).

En 2008, le nombre d’embauches en contrats aidés non marchands, dans une association, un établissement public ou une collectivité territoriale de la région a également diminué (-12%) mais deux fois moins qu’au niveau national (-24%). L’insertion dans le secteur non marchand est destinée aux personnes les plus éloignées de l’emploi. Le contrat d’avenir est, dans ce cadre, réservée aux bénéficiaires du revenu minimum d’insertion (RMI) ou de l’allocation de solidarité spécifique (ASS).

Parmi les principales mesures visant à accompagner les restructurations d’entreprises, la crise a entraîné une forte progression des entrées en convention de reclassement personnalisée (+15%), mesure que les entreprises non soumises aux dispositions relatives au congé de reclassement, c’est-à-dire notamment celles de moins de 1 000 salariés et celles en redressement ou en liquidation judiciaire (quelle que soit leur taille) doivent obligatoirement proposer à leurs salariés dont elles envisagent le licenciement pour motif économique.