Mipes Ile-de-France

  Ma mipes en quelques mots
.

Recueil Statistiques

Recueil de données 2008

Données de cadrage


La population francilienne aux recensements de 1999 et 2006
Paris Hauts-de-SeineSeine-Saint-DenisVal-de-MarnePetite couronneSeine-et-MarneYvelinesEssonneVal-d'OiseGrande couronneÎle-de-FranceFrance métropolitaine
Population au recensement de 1999*2 125,80 1 428,681 382,931 226,964 038,571 193,511 353,961 134,031 105,224 786,7210 951,1458 518,40
Nombre de ménages en 1999*1 110,90 624,90524,40499,401 648,70432,30503,10420,60394,701 750,704 510,3023 810,20
Taille moyenne des ménages en 19991,9 2,22,62,52,42,82,72,72,82,72,42,5
Population municipale de 2006*2 181,40 1 536,101 492,001 298,304 326,401 273,501 395,801 198,301 157,105 024,7011 532,5061 399,70
Nombre de ménages en 2006*1 161,60 679,40569,10541,601 790,10480,70539,30459,50428,201 907,704 859,4026 069,00
Taille moyenne des ménages en 20061,8 2,22,62,32,42,62,52,52,72,62,32,3

*unité : milliers

Source : INSEE, recensements de la population de 1999 et de 2006

Télécharger au format csv
Excel : enregistrer puis ouvrir

Impression

LA POPULATION FRANCILIENNE

L’Ile-de-France compte 11,532 millions d’habitants au premier janvier 2006. Depuis le recensement de 1999, la population francilienne a augmenté de 0,7 % par an en moyenne. Cette hausse est comparable à celle de la population métropolitaine. Mais en Ile-de-France, elle provient uniquement du dynamisme naturel de la région, lié à la jeunesse de sa population. L’excédent des naissances sur les décès correspond, en effet, à une croissance démographique de 0,9 % par an en moyenne au cours de la période. L’augmentation totale de la population est cependant de moindre ampleur car les échanges migratoires de l’Ile-de-France avec les autres régions de province sont déficitaires.

Pour la première fois depuis le milieu des années 50, la capitale regagne des habitants, et les gains de population sont plus importants en petite couronne qu’en grande couronne. Malgré un rythme de croissance annuel relativement faible, Paris a ainsi gagné chaque année 75 habitants au km2 entre 1999 et 2006. Elle en avait perdu en moyenne 28 par an entre les recensements de 1982 et 1999. Au sein de la région, c’est en petite couronne que la croissance démographique a connu la plus forte accélération par rapport aux décennies précédentes. La population a ainsi augmenté de 1 % par an en moyenne entre 1999 et 2006, contre une hausse annuelle de 0,2 % entre 1982 et 1999. En grande couronne, le ralentissement de la croissance démographique se poursuit. Depuis 1999, la population a augmenté de 0,7 % par an en moyenne. Ce rythme est plus faible que celui observé entre les recensements de 1982 et 1999 (+ 1,1 % par an).

La région est fortement déficitaire dans ses échanges avec les autres régions, excepté pour les jeunes de 18 à 24 ans (+ 64 000 en 5 ans). Entre 2001 et 2006, la région a gagné 123 habitants de cette tranche d’âge pour 10 000 présents dans la région. C’est encore plus net à Paris (+ 552 pour 10 000) et dans les Hauts-de-Seine (+ 250 pour 10 000). Ces deux départements attirent particulièrement les étudiants et les jeunes actifs en phase d’insertion professionnelle.

Les départements les plus jeunes sont, en 2006, la Seine-Saint-Denis (34,5 ans de moyenne d’âge) et le Val-d’Oise (34,1 ans). Paris (38,7 ans) et les Hauts-de-Seine (37,2 ans) sont les départements les plus âgés. Cependant, ils sont les seuls de la région pour lesquels la part des jeunes de moins de 18 ans augmente tandis que celle des plus de 60 ans diminue. A l’inverse, les départements de grande couronne vieillissent plus vite que le reste de la région. En Seine-et-Marne, la part des jeunes de moins de 18 ans est passée de 27 % à 25,8 %. Dans les Yvelines, la part des personnes âgées de plus de 60 ans est passée de 15 % à 17 %.

L’augmentation récente de la natalité a, quant à elle, maintenu à un niveau assez élevé la part des Franciliens de moins de 18 ans. De 23,6 % en 1999, cette part est passée à 23,3 % en 2006, soit 0,9 point de plus que dans l’ensemble de la France. L’effet de l’augmentation de la natalité est particulièrement sensible à Paris et en petite couronne. Là où elle a été moins dynamique, en grande couronne, le vieillissement a été plus prononcé.