Mipes Ile-de-France

  Ma mipes en quelques mots
.

Recueil Statistiques

Recueil de données 2008

Urgence sociale


Indicateurs de veille sanitaire pour la journée du 4 novembre 2008 et la nuit du 4 au 5 novembre
Paris Hauts-de-SeineSeine-Saint-DenisVal-de-MarneSeine-et-MarneYvelinesEssonneVal-d'OiseÎle-de-France
Nombre d'appels servis par les écoutants1 099 982657772491561521532 949
Nombre total de personnes demandant un hébergement560 14615129814154721041 526
Nombre de personnes dont la demande a été satisfaite 235 9259281115197037908
Nombre de personnes dont la demande n'a pas été satisfaite 325 236771935264542
dont nombre de refus de la personne14 1023982268
dont nombre de places manquantes177 134462242
Nombre de personnes dont la demande a eu une autre issue0 312510700376

Source : DDASS-DRASSIF

Télécharger au format csv
Excel : enregistrer puis ouvrir

Impression

Les résultats présentés dans les tableaux de la page suivante traduisent la mobilisation sans précédent de la campagne hivernale 2008-2009. Dès le début de l’hiver, des tensions ont été observées dans plusieurs départements. En particulier, dans la journée du 4 novembre 2008 et la nuit suivante, 908 personnes sur 1 526 demandeurs ont pu être hébergées. 242 n’ont pu l’être faute de places dont 177 à Paris. Face à ce constat, d’importantes capacités ont donc été mobilisées dès le début de l’hiver. 1 973 places de renfort hivernal et plus de 3 000 places de renfort exceptionnel (correspondant à la mobilisation potentielle de places type gymnases par exemple) ont été identifiées pour permettre de répondre à la demande. Ce qui a eu pour conséquence qu’au plus fort de l’hiver, alors que les capacités mobilisées étaient les plus importantes, les demandes non satisfaites par manque de place ont été faibles. Ainsi, dans la nuit du 4-5 janvier 2009, seules 4 personnes n’ont pu avoir d’hébergement faute de places. 67 ayant refusé l’hébergement proposé. A la fin de la période hivernale, compte tenu du nombre de places mobilisées de novembre à mars et du taux d’occupation élevé, les Directions Départementales des Affaires Sanitaires et Sociales, ont programmé une sortie du plan hiver lente et progressive. Dans la journée du 24 mars et la nuit suivante, 1 230 personnes sur 1 765 ont ainsi vu leur demande satisfaite.

Certaines demandes n’aboutissent pas à une acceptation ou un refus d’hébergement. Ce sont principalement celles de personnes recourant finalement à des solutions personnelles, ne se présentant pas au lieu indiqué, ne rappelant pas alors que la place est réservée, orientées vers des services sociaux ou hôpitaux, ou transférées vers une autre plate-forme. C’est le cas pour 332 personnes dans la journée du 4 janvier.

METHODOLOGIE
Au cours de la période hivernale, des indicateurs de veille sociale sont collectés, chaque semaine durant la journée du mardi et la nuit du mardi au mercredi. Ils sont ensuite transmis à la Direction Régionale des Affaires Sanitaires et Sociales via les Directions Départementales. Ces indicateurs ont été définis dans le cadre d’un travail de partenariat mené avec les 115 et les Directions Départementales des Affaires Sanitaires et Sociales. Il s’agissait de disposer d’un socle commun de remontées d’information qui rendait possible les comparaisons interdépartementales et l’agrégation régionale.

Les indicateurs choisis pour être mis à disposition pour la 1ère fois dans ce recueil sont les suivants :
- nombre d’appels servis par les écoutants : nombre d’appels ayant donné lieu à une conversation
- nombre total de personnes demandant un hébergement
- nombre de personnes dont la demande a été satisfaite
- nombre de personnes dont la demande n’a pas été satisfaite
dont nombre de refus
dont nombre de places manquantes
- nombre de personnes dont la demande a eu une autre issue Les journées retenues sont les suivantes : 4 novembre 2008, 4 janvier 2009 et 24 mars 2009 ; soit en début de campagne hivernale, lors de la période de froid et en fin de campagne.

Voir aussi