Mipes Ile-de-France

  Ma mipes en quelques mots
.

Recueil Statistiques

Recueil de données 2008

Urgence sociale


Evolution des personnes « isolées » en hébergement « simple » et des nuitées d’hébergement via le 115 de Paris
CHUS HOTELS ENSEMBLE DES ISOLES (hors-LHSS)
Année Hébergés Nuitées Nuitées par hébergé Hébergés Nuitées Nuitées par hébergé Hébergés Nuitées Nuitées par hébergé
1999 12 076 176 493 15 2 309 12 434 5 12 674 188 927 15
200010 661200 575192 18020 537911 226221 11220
200111 702236 691202 79933 8651212 398270 55621
200211 175230 214211 66937 9852311 613268 19923
200311 909262 537222 41053 8702212 656316 40725
200410 374277 713271 80956 5213111 049334 23430
200510 744296 844281 40643 2293111 047340 07331
20068 757284 543321 25349 212399 033333 75537
20077 594240 520321 40580 023578 183320 54339
20087 063212 602301 964114 628587 854327 23042

Lecture du tableau : en 2008, le 115 de Paris a orienté vers les CHUS 7 063 personnes qui se sont vues attribuer 212 602 nuits d’hébergement. Cette même année, 1 964 personnes se sont vues attribuer 114 628 nuitées en hôtel via ce même dispositif. Globalement le 115 de Paris a attribué 327 230 nuitées à 7 854 personnes « isolées ». NB : l’ensemble des personnes (7 854)) n’est pas la somme des personnes hébergées en CHUS (7 063) et des personnes hébergées en hôtels (1 964). En effet, une même personne a pu être hébergée en CHUS et en hôtel a deux moments différents d’une même année. Le nombre de nuitées par hébergé augmente au cours du temps, ce qui implique une diminution du nombre de personnes hébergées dans un contexte où l’offre de nuitées d’hébergement a tendance à diminuer.

Source : Observatoire du samusocialdeParis, juillet 2009

Télécharger au format csv
Excel : enregistrer puis ouvrir

Impression

En 2008, le 115 de Paris a reçu 1 033 740 appels parmi lesquels 375 187 ont été traités par les permanenciers. Lors du traitement des appels, des données sur les caractéristiques des demandes d’hébergement (date de la demande, orientation proposée…) et des demandeurs (situation familiale, âge, nationalité…) sont collectées dans une base de données. Les données relatives à l’hébergement des personnes prises en charge par les Equipes Mobiles d’Aide (EMA, maraudes) sont également consignées dans ce système d’informations. Chaque année (depuis 1999), ces données sont extraites et transmises à l’Observatoire du samusocialdeParis pour y subir un traitement statistique et les intégrer à la cohorte (suivi longitudinal des personnes hébergées à partir de leur première prise en charge) des usagers du 115. Ces données constituent une précieuse source d’informations pour décrire une partie de la population en situation d’exclusion sociale à Paris. Les données sont présentées selon la situation de l’usager, « en famille » ou « isolé ». On entend par « famille » un groupe d’individus ayant des liens de parenté comprenant au moins un enfant mineur ou une femme enceinte depuis plus de trois mois, et par « isolé » un usager âgé de 18 ans ou plus, seul, ou en couple sans enfant, ou un mineur déclaré majeur après examen osseux. La distinction (« isolés », « familles ») est effectuée car les prises en charge sont différentes : prise en charge quasi systématique et le plus souvent en hôtel pour les usagers en famille et hébergements essentiellement dans les centres (centres d’hébergement d’urgence simple et centres d’hébergement Lits-Halte-Soins-Santé) pour les isolés, dans la limite des places disponibles. Pour les « isolés », l’hébergement « simple » (en CHUS ou hôtels) et l’hébergement avec soins infirmiers en Lits-Halte-Soins-Santé (LHSS, ex-CHUSI) sont distingués. Les données sur lesquelles repose la série de tableaux ci-dessous ont été contrôlées et validées et, par conséquent, différentes de celles présentées dans les recueils statistiques des années 2003 à 2005. Par ailleurs, un problème informatique survenu en 2003 a entraîné une limitation de la saisie des données par le 115 de Paris. En effet, de décembre 2003 à mai 2005, les demandes et les nuitées des mineurs en famille et des personnes hébergées en LHSS n’ont plus été saisies. Une estimation (signifiée dans les tableaux) de l’information manquante pour les enfants en famille est proposée.

Voir aussi