Mipes Ile-de-France

  Ma mipes en quelques mots
.

Urgence sociale

La mort des personnes de la rue

novembre 2010

En France, vivre à la rue tue à 46 ans en moyenne !

« Aucune personne de la rue ne doit être oubliée une deuxième fois dans sa mort ».
En 2009, le Collectif des Morts de la Rue a appris 176 décès1 de personnes de la rue2 sur territoire francilien et diffuse leurs décès sur son site.

Cécile Rocca, Le Collectif des Morts de la Rue.

A l’initiative de plusieurs associations de terrain confrontées au décès prématuré des personnes accompagnées, le Collectif Les Morts de la Rue a été créé en 2002.

Une première étape à consisté à réunir plusieurs associations afin de mettre en commun les expériences et les réflexions de chaque participant.
Ce moment d’échanges a permis aux travailleurs sociaux de partager leur peur et leur isolement face à leur propre deuil et celui des personnes qu’ils accompagnaient.
En effet à cette période, nul ne parlait de mortalité des personnes de la rue. Assez rapidement, l’annonce du nom des personnes décédées s’est avérée comme un soutien pour leurs amis vivant encore à la rue. Il n’était plus indifférent que leurs amis meurent. Un minimum de ritualisation permet de séparer clairement les morts et les vivants. Les personnes qui vivaient à la rue n’avaient plus à garder en mémoire l’interminable liste des noms ou surnoms des amis et des circonstances et lieux de leurs décès.

Autour de la mort des personnes de la rue plusieurs actions se sont progressivement mises en place :

- Recherche et réflexion
Cette réflexion de fond, qui se poursuit en 2010 avec l’espace éthique de l’APHP sur le thème de l’impact des décès sur les équipes : maraudeurs, travailleurs sociaux, etc, a conduit à ouvrir plusieurs tribunes, notamment en lien avec le journal Mediapart (Edition « Vivre à la rue tue », publication d’un livre « A la rue » - Buchet Chastel-2003 -, un journal semestriel « Aux 4 coins de la rue » - journal gratuit, téléchargeable sur le site http://www.mortsdelarue.org.
Le Collectif des Morts de la Rue travaille également avec l’ONPES* sur une meilleure évaluation de la réalité des Morts de la rue. Il est membre du comité de pilotage de la Fondation de France sur la prise en charge de la fin de vie des personnes à la rue et participe à une étude sur la prise en charge du cancer chez les sans-abris avec l’INCA.

- Une interpellation régulière
Le Collectif des Morts de la Rue interpelle par voie de communiqués de presse réguliers, un envoi semestriel de faire-part, des hommages publics collectifs, mais aussi des interventions dans des lycées, associations, lieux d’enseignement supérieur (Soins infirmiers, Ecoles d’Architecture, etc).

- Accompagnement des proches en deuil
Cet accompagnement des proches en deuil concerne les amis, les familles, les associations. Le deuil étant souvent dénié, le Collectif des Morts de la Rue procède à l’inscription des noms, propose une aide aux démarches et constitue des groupes de personnes endeuillées, etc. Le Collectif les accueille tant en urgence qu’en groupes de suivi. En outre, il soutient les associations qui mettent en place un protocole de deuil.

Accompagnement des morts isolés
Pour rassurer les personnes de la rue que les morts isolés seraient accompagnés quoi qu’il se passe, le Collectif s’est engagé par convention avec la Ville de Paris, à l’accompagnement par des bénévoles et au respect de la dignité des funérailles des personnes isolées, tout en s’assurant que tout soit mis en place pour retrouver les proches.
Les noms des personnes isolées sont en principe publiés sur le site de la Ville de Paris qui prend en charge leur inhumation. Des comptes-rendus sont établis et restitués aux familles quand celles-ci sont retrouvées (jusqu’à 8 morts isolés chaque semaine).

- Un échange et un soutien au démarrage des Collectifs et associations souhaitant développer une démarche s’approchant du Collectif des Morts de la Rue ou déjà existant dans d’autres villes. Une rencontre annuelle avec ces associations est organisée et des contacts réguliers sont entretenus.

- La prévention
Le Collectif des Morts de la rue travaille avec le Collectif des associations unies pour le logement et l’accompagnement des populations en précarité. Ainsi, sont revendiquées l’instauration d’une prise en charge adaptée, une vraie prévention pour que les personnes ne tombent pas à la rue et puissent être accompagnées vers une sortie de la rue. La dénonciation de ces morts n’a de sens que si on lutte pour que ces morts prématurées cessent.

1. Sur le territoire national, le Collectif des Morts de la Rue a appris 409 décès de personnes de la rue.

2. Ces données sont communiquées au Collectif des Morts de la rue par différentes sources : associations, particuliers, institutions. Il s’agit de données partielles. Sur le territoire national, le Collectif des Morts de la Rue a appris 409 décès de personnes de la rue.

Impression synthèse Partager Envoyer Impression sujet complet