Mipes Ile-de-France

  Ma mipes en quelques mots
.

Indicateurs synthétiques

Indice de développement humain régional (IDH2)

juin 2012

Un développement humain en progrès au niveau régional, avec des inégalités persistantes

Les exigences actuelles du développement durable, les dommages causés à l’environnement amènent la société à questionner le concept de développement humain et de croissance économique d’après-guerre. Un nouveau regard s’impose, ainsi que de nouveaux outils d’évaluation.

MIPES, IAU IdF (I.Nascimento) et ORS Idf (P. Pépin)

L’indicateur de développement humain développé par l’Organisation des Nations Unies au début des années 1990 avait pour objectif de proposer une vision multidimensionnelle du développement humain qui ne se limite pas aux indicateurs monétaires classiques de type Produit Intérieur Brut (PIB).
L’IDH proposé par les Nations Unies retient trois dimensions considérées indispensables dans tout processus de développement : la capacité de bénéficier d’une vie longue et saine (santé), la capacité d’accéder à l’éducation et aux connaissances (éducation) et la capacité d’accéder aux ressources matérielles indispensables pour atteindre un niveau de vie décent (revenu).

Si l’IDH permet d’établir une comparaison entre des pays très disparates, il est - dans sa conception d’origine - peu approprié au contexte des pays développés et aux échelles géographiques plus fines.

L’Ile de France se caractérise par un très haut niveau de développement humain, parmi les plus élevés au monde. Cependant les chiffres sont à interpréter avec prudence, car les modes de calcul de l’IDH sont peu adaptés à une application régionale.
Ainsi en Ile-de-France, la forte concentration d’entreprises et d’établissements d’enseignement supérieur sur ce territoire a pour effet de gonfler à la fois le PIB mais aussi les Taux Bruts de Scolarisation.
Afin de contourner ces difficultés, la MIPES (Conseil Régional d’Ile de France), l’IAU IdF et l’ORS, avec l’appui d’un comité de pilotage constitué de représentants institutionnels et associatifs, ont testé une déclinaison régionale de l’IDH en Ile de France (IDH-2).

L’indicateur de développement humain alternatif : IDH-2

Un nouvel indicateur, l’IDH-2, reprenant les trois dimensions de l’IDH (santé, éducation, niveau de vie) mais avec des indicateurs mieux adaptés à la situation française et disponibles à l’échelle communale, a été développé et appliqué à la région Ile-de-France. Les indicateurs (ou les données nécessaires à leur construction) sont disponibles auprès de l’Insee pour les principales entités administratives.

Cet indicateur simple permet une mesure des disparités sociales aux différents niveaux administratifs  : région, départements et communes. Son utilisation de plus en plus fréquente pour caractériser les territoires suppose une mise à jour régulière. La publication de données 2008 par l’INSEE fin 2011 permet de proposer une actualisation de cet indicateur et d’esquisser les premières tendances d’évolution de l’IDH2.
Consulter la note rapide de l’IAU à paraître courant juin 2012.

Tableau 1 : Méthode de calcul et indicateurs utilisés dans l’IDH-2

Méthode de calcul IDH2

IDH2

La valeur de l’IDH-2 est la moyenne des trois indices ainsi obtenus : IDH-2 = (indice santé + indice éducation + indice revenu) / 3.
En adaptant le mode de calcul d’origine, l’IDH2 permet d’illustrer la répartition inéquitable du développement humain sur le territoire régional.

L’IDH-2 en Île-de-France et dans ses départements

Avec le mode de calcul retenu (cf. Note rapide IAU IDF), la valeur de l’IDH-2 pour la région Île-de-France est passée de 0,52 en 1999, à 0,57 en 2006 puis 0,58 en 2008.

Entre 1999 et 2008, les trois dimensions du développement humain entrant dans le calcul de l’IDH-2 ont progressé :
- l’espérance de vie des Franciliens est passée de 80,2 ans à 81,7 ans ;
- le pourcentage de la population de plus de 15 ans sortie du système scolaire avec un diplôme est passée de 83,8% à 84,5% ;
- la médiane des revenus est passée de 17 350 € à 21 200 €, corrigée à 17 995 € pour tenir compte de l’inflation.

Les valeurs de l’IDH2 en 2008 sont très variables parmi les huit départements franciliens : les plus élevées sont observées à Paris (0,65), dans les Hauts-de-Seine (0,64) et dans les Yvelines (0,63). La valeur la plus basse est observée en Seine-Saint-Denis (0,40). Tous les départements franciliens voient leur IDH-2 progresser entre 1999 et 2008 mais c’est en Seine-Saint-Denis, là où il était le plus bas, qu’il progresse le moins (en valeur absolue comme en valeur relative).

La faible valeur de l’IDH-2 en Seine-Saint-Denis s’explique, notamment, par la valeur de l’indice éducation dans ce département (0,22 en 2008 contre 0,65 à Paris). L’indice santé est celui qui présente les plus faibles variations dans les départements franciliens (de 0,52 en Seine-et-Marne à 0,63 dans les Hauts-de-Seine en 2008).

Histogramme 1 : Valeurs des trois indices dans les départements d’Île-de-France en 2008

JPEG - 80.9 ko
Valeurs IDH2

L’IDH-2 de la Région d’Ile-de-France en 2008

IDH2 Région IDF 2008

1. Les valeurs « plancher » et « plafond » de chaque indice sont déterminées sur la base des valeurs mini et maxi constatées dans les communes franciliennes
2. Pour avoir des effectifs de décès significatifs, et donc des résultats valides au niveau communal, des périodes de plusieurs années doivent être prises en compte (2004 à 2009 pour l’IDH-2 de 2008). Les décès sont rapportés à la population de 2006. L’espérance de vie n’a pas été calculée dans les communes ayant enregistré moins de 10 décès au cours de la période considérée).
3. Source Insee RP2008 pour l’IDH-2 de 2008.
4. Source Insee RP2008 pour l’IDH-2 de 2008. L’Insee-DGI ne diffuse pas cette information pour les communes de moins de cinquante ménages. Pour faciliter les comparaisons temporelles, un redressement prenant en compte l’inflation constatée a été effectué.

Impression synthèse Partager Envoyer Impression sujet complet