Mipes Ile-de-France

  Ma mipes en quelques mots
.

Indicateurs synthétiques

Indice de Santé Sociale Régional (ISSR)

juin 2012

Un outil d’aide à la décision : l’Indice de santé sociale d’IDF.

Groupe de travail "Indicateurs synthétiques" et MIPES

Poursuivant la recherche d’indicateurs qui puissent caractériser la « dimension humaine » dans le développement d’un territoire, la MIPES (Conseil Régional Ile-de-France) et l’IAU idf ont présenté en septembre 2010 un nouvel Indice de Santé Sociale Régional (ISSR).
L’évolution sur 12 ans de cet indicateur synthétique spécifique à la région Ile-de-France vient d’être actualisée pour la période allant de 1997 à 2009.
Et, pour être au plus près des problématiques actuelles, la MIPES présente également un ISSR « avancé » partiellement actualisé avec les données de 2010 disponibles.

- Actualisation de l’ISSR pour la période de 1997 à 2009

La Mission d’information sur la pauvreté et l’exclusion sociale en Île-de-France (MIPES) s’est dotée d’un indicateur de santé sociale régionale (ISSR) pour s’assurer que le développement de la région profite à tous les Franciliens.
Conçu comme un indicateur d’alerte, il rassemble, en un indice unique, un faisceau d’indicateurs sociaux témoignant de difficultés dans différents domaines de vie et constituant autant de symptômes d’un dysfonctionnement de notre société.

La santé sociale d’un territoire est une réalité complexe et composite. Après avoir exploré la piste de la régionalisation des indicateurs du PNUD (Programme des Nations Unies pour le Développement) et proposé un Indice de Développement Humain alternatif (IDH2), la Mipes et l’IAU idf ont construit, avec l’appui d’un comité de pilotage, un indice synthétique de santé sociale régional autour de sept thématiques : la santé de la population, le logement, la scolarité, l’emploi, les revenus et les minima sociaux, le territoire et le surendettement.

Le choix des variables et de la méthode s’est opéré au sein d’un groupe de travail auquel ont participé la CTRAD (Cellule technique de réflexion et d’aide à la décision pour les caisses d’allocations familiales d’Île-de-France), l’IAU Ile-de-France, l’Observatoire régional de santé (ORS), le Secours catholique, le Samu social de Paris, la Banque alimentaire de Paris Île-de-France (Bapif) et ATD Quart-Monde.

Les sept thématiques de l’ISSR sont déclinées en douze variables présentées dans le tableau ci-après

Les composantes de l’Indice de Situation Sociale Régional d’Île-de-France (ISSR)

Composantes ISSR

Une santé sociale qui fluctue selon les périodes

La santé sociale est pour partie sensible à la conjoncture.
Après les années d’embellie de 1997-2001 qui se sont accompagnées d’une amélioration de la situation sociale, la situation s’est nettement détériorée entre 2001 et 2004 en raison principalement d’un net recul de l’emploi salarié en Ile-de-France : le taux de chômage de longue durée, le surendettement et la pauvreté ont augmenté.
La situation sociale est ensuite relativement stable entre 2004 et 2008 mais se dégrade dès 2009 sous l’effet de la crise financière intervenue fin 2008.

ISSR Evolution 1997-2010

Indicateur avancé pour 2010

Sur moyenne période, l’enchérissement du coût des logements, la hausse des inégalités territoriales et la précarisation de l’emploi pèsent sur la situation sociale régionale ; en revanche, les situations précaires en matière de santé et d’éducation s’atténuent.
L’aspect cyclique des évolutions tient principalement à la forte sensibilité du taux de chômage de longue durée à la conjoncture économique.
Mais trois autres indices sont aussi très sensibles aux retournements conjoncturels : le taux de surendettement et deux indicateurs de précarité monétaire : le taux de pauvreté et la part de la population couverte par le RSA socle (anciennement RMI+API).

Evolution ISSR par domaines de vie

Note de lecture : sur la période 1997-2009, l’ISSR a perdu 2,8 points (la situation s’est globalement détériorée, avec des différences par sous-période : une amélioration de 4,9 points entre 1997 et 2001, une détérioration de 7,6 points entre 2001 et 2004 et relative stabilité entre 2004 et 2009. C’est l’indice de chômage de longue durée qui a le plus varié.

L’indicateur avancé atteste d’une détérioration en 2009 et 2010

L’actualisation complète de l’ISSR n’est possible que sur les données de 2009. Afin d’être davantage en phase avec l’actualité, une actualisation partielle de l’ISSR porte sur 2010.
Le calcul de l’indicateur « avancé » consiste à prendre en compte les données plus récentes (2010) pour huit des indices de base, d’estimer le taux de pauvreté en 2009 à partir de la série de données de la CAF sur les allocataires à bas revenus, et de garder à leur niveau de 2009 les trois autres indices non disponibles en 2010 concernant la mortalité prématurée, l’incidence sur la tuberculose et les inégalités territoriales (voir tableau ci-dessus).

Cette actualisation partielle atteste bien d’une nette détérioration de la situation sociale depuis la crise intervenue fin 2008.
Trois indices se détériorent très fortement depuis 2008 :
- Le taux de chômage de longue durée passe de 2,3% (2008) à 3,1% (2010) ;
- Le nombre de dossiers de surendettement s’accroît de 262 à 307 pour 100 000 habitants ;
- La part de la population couverte par le rSa socle passe de 3,7 % à 4,3 %.

Deux autres indices sont aussi orientés défavorablement :
- L’indice logement se détériore sous l’effet d’un regain à la hausse des prix de vente des appartements anciens en Ile-de-France en 2010 : 4652 € en 2008, 4385 € en 2009, 4780 € en 2010 ;
- Le taux de pauvreté est estimé à 12,8 % fin 2010 à partir des données de la CAF, contre 12,1% en 2008.

Ces évolutions défavorables ne sont compensées que partiellement par deux tendances plus favorables concernant :
- La part des emplois salariés précaires baisse de 11,3% (2008) à 10,2% (2010), ce qui signale, de façon contra-cyclique, que l’ajustement à la baisse des emplois se fait d’abord sur les emplois à durée déterminée et sur l’intérim.
- Le taux de sortie du système scolaire avant la fin du second cycle s’atténue : 8,3% en 2008, 7,6% en 2010 (hors sorties en fin de 1ere professionnelle comptées seulement à partir de 2010).

Evolution IISR avancé

La MIPES envisage dorénavant de mettre en ligne simultanément l’actualisation complète de l’ISSR, et l’ISSR avancé au mois de mars de chaque année afin de retenir le maximum d’indicateurs avancés.
Le site de la MIPES produira ainsi en mars 2013 une actualisation complète de l’ISSR avec les données de 2010 et un indicateur avancé portant sur 2011.

Impression synthèse Partager Envoyer Impression sujet complet